Protection de l’environnement. La volonté politique au cœur du débat. Le Télégramme

 

Marine Jobert (Coquelicots), Patrick Guillerme (GAB 56), Didier (animateur CCTN). Invitée au débat : Annick Le Mentec (abs. photo), de l’association de soutien aux victimes des pesticides. Le ciné débat était organisé à l’initiative du Collectif Citoyen et des acteurs du Forum Social Local.

Marine Jobert (Coquelicots), Patrick Guillerme (GAB 56), Didier (animateur CCTN). Invitée au débat : Annick Le Mentec (abs. photo), de l’association de soutien aux victimes des pesticides. Le ciné débat était organisé à l’initiative du Collectif Citoyen et des acteurs du Forum Social Local.

Le documentaire de Guillaume Bodin, Zéro Phyto-100 % Bio, projeté lundi dans le cadre du Forum Social Local à Theix-Noyalo a livré force témoignages d’élus de communes « vertueuses » ayant entrepris avec succès de changer les pratiques, en matière de protection de l’environnement. Des communes de taille modeste, à l’image de Langouët, Barjac ou Mouans-Sartoux, mais pas seulement : Grande Synthe (Nord), Versailles (Yvelines) et deux arrondissements parisiens sont également cités.

Grande Synthe (24,000 ha) a développé des jardins partagés interdisant les pesticides et des ateliers de cuisine liés. À Versailles, les élus mettent en avant la santé publique, enjeu majeur. Des chiffres et constats édifiants. 2 013 pesticides ont été dépistés dans 59 nappes phréatiques : le coût de la dépollution est estimé à 54 milliards d’euros. Un siècle d’agriculture chimique a fabriqué des générations cobayes. Le non-agricole, c’est seulement 10 % des surfaces, les collectivités doivent montrer la voie.

En Bretagne, le réseau Bruded met en relation les communes qui ont fait et celles qui peuvent le faire : Langouët a une cantine approvisionnée 100 % bio depuis treize ans, sans surcoût (2,50 €repas). Barjac a mis en œuvre une réflexion globale : « l’alimentation est notre médicament », dit le maire. Mouans-Sartoux est passé au 100 % bio (1,86 €/repas), tout en réduisant le gaspillage alimentaire à 37 g. La loi (20 % bio en restauration scolaire à l’horizon 2022) a été votée en octobre 2018.

https://www.letelegramme.fr/morbihan/theix-noyalo/zero-phyto-100-bio-la-volonte-politique-au-coeur-du-debat-24-01-2019-12191104.php

   http://bretagne.bio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*